• L'Olympe olympique

    L'Olympe olympique

    « Tony Estanguet, l'Olympe en trois coups de pagaie (...) Un cinquième set d’anthologie au sommet de l’Olympe » (à propos du triple champion olympique français, photo ci-contre).
    (paru sur humanite.fr, le 1er août 2012)

    (photo Wikipédia sous licence GFDL)


    FlècheCe que j'en pense


    Sans doute est-on fondé à s'interroger sur l'opportunité de ces multiples références à l'Olympe... en pleine période de Jeux olympiques !

    Dans la mythologie grecque (et romaine), l'Olympe désigne le massif montagneux de Thessalie où les Anciens avaient placé le séjour des dieux et, par extension, l'ensemble de ces dieux. Pour un simple mortel, aussi médaillé fût-il, parvenir au sommet de l'Olympe revient donc à élever ses prouesses sportives au rang d'exploits divins. Le champion doré sur tranche siégeant parmi les dieux ? après tout, la métaphore est aussi lumineuse que les breloques de nos héros.

    Le hic, c'est que cette allusion au mont Olympe entretient la confusion avec un autre haut lieu grec, situé dans le Péloponnèse cette fois : le sanctuaire d'Olympie, qui accueillit durant l'Antiquité les jeux panhelléniques donnés en l'honneur de Zeus Olympien et où est encore aujourd'hui allumée la fameuse flamme. Les approximations géographiques pouvant avoir de fâcheuses conséquences, on ne s'étonnera pas, ensuite, de relever des âneries du genre : « À la fin je voyais mon rêve olympien partir, j’ai lâché. » La confusion entre les adjectifs olympien (« relatif à l'Olympe ; noble, majestueux et serein » : un calme olympien) et olympique (« relatif à la ville d'Olympie et à ses jeux ») laisse à penser que cet athlète-là n'est pas près d'entrer au panthéon... des dieux du stade !

    Remarque : La confusion règne à plus d'un titre sur la lettre et sur l'esprit olympiques. Ainsi, doit-on écrire : les Jeux olympiques, les jeux Olympiques ou les jeux olympiques ? D'aucuns recommandent la graphie jeux Olympiques quand il s’agit de ceux de l’Antiquité et Jeux olympiques pour ceux de l’époque moderne (instaurés en 1896 par le baron de Coubertin). L'Académie, pour sa part, continue de s'emmêler les majuscules dans la dernière édition de son Dictionnaire (« Les Jeux olympiques », à l'entrée « jeu » ; « Les jeux olympiques », à l'entrée « olympique »). Et que dire de la confusion entre olympiades et jeux olympiques... sinon qu'il est conseillé de lire cet autre billet ?

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le paradis (le ciel, le Graal olympique ?) en trois coups de pagaie.

     

    « Dénoter détonne...Accord d'un participe passé »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :