• L'ère du tant

    De temps en tant

    « Le gouvernement français a choisis son camp, celui des conservateurs, de la haine et de l’asservissement des esprits (...) Monsieur le Président (...), il est tant d’assumer vos actes, de faire face aux justicières FEMEN et à la révolte féministe qui se met à gronder. »
    (Lettre à François Hollande publiée sur la page Facebook de Femen France, le 5 février 2014)  



     

    FlècheCe que j'en pense

    Loin de moi l'intention de souffler sur les braises de l'affrontement social, mais force est de constater que nos amazones justicières n'ont pas choisi le camp... de la langue française.

    C'est que, nos compatriotes ne le savent que trop, les temps sont d'autant plus durs que l'homophobie, pardon l'homophonie favorise la confusion au bout d'un certain... tant. J'en veux pour preuve ces fâcheux exemples glanés entre-temps sur la Toile : « Derniers vœux en temps que maire » (Midi Libre) ; « Il est tant que le maire passe la main » (La Voix du Nord) ; « améliorer un temps soit peu le quotidien » (France 3) ; « en même tant que » (Les Échos) ; « temps bien que mal » (L'étage le plus haut de Samuel Delage) ; « jusqu'à temps qu'elle passe » (Le monde dans la main de Mikaël Ollivier) et tant d'autres encore.

    Si tant est que l'on aspire à s'exprimer dans une langue un tant soit peu châtiée, mieux vaut veiller à bien distinguer l'adverbe tant − servant à marquer l'intensité (Je l'aime tant), la quantité (Ne m'en demandez pas tant), la comparaison (Tous tant que nous sommes) ou la durée (Tant qu'il y aura des hommes) − du substantif masculin temps. Aussi écrira-t-on correctement : Il est temps de partir (= c'est le moment de partir) ou Il est temps que nous partions (subjonctif) mais Il est tant de bêtises en ce bas monde (= il y a une telle quantité de, une telle proportion de, un tel degré de).

    À quand une manifestation pour la défense de la langue française ? Las ! l'époque n'est pas au bon usage pour tous, tant s'en faut, plutôt aux théories du genre... douteux.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le gouvernement français a choisi son camp.

    Il est temps d’assumer vos actes.

     

    « De part en parLe verbe incarné »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Pierre
    Jeudi 6 Février 2014 à 09:44

    ... et que dire de l'expression 'autant pour moi' maintenant souvent transformée en 'au temps pour moi' ...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 6 Février 2014 à 10:18

    Voir à ce sujet cet autre billet.

    3
    Elina
    Jeudi 13 Février 2014 à 20:50

    Pierre... et que dire de l'expression " au temps pour moi " maintenant souvent transformée en " autant pour moi "...

    4
    Pierre
    Jeudi 13 Février 2014 à 23:52

    Merci Elina ! J'ai lu, depuis et avec beaucoup d'intérêt, l'autre billet posté par Marc qui m'a éclairé sur ce sujet. 

    5
    Tahar
    Mardi 24 Mai 2016 à 15:25

    "Las ! l'époque n'est pas au bon usage pour tous, tant s'en faut, plutôt aux théories du genre... douteux."

    Pourquoi las et non pas lasse? Il s'agit du mot féminin époque!

     

      • Mardi 24 Mai 2016 à 17:36

        Las n'est pas ici l'adjectif, mais l'interjection (donc invariable), qui signifie "hélas".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :