• Ils se sont faits agressés

    Ils se sont faits agressés« Il est aux alentours de 4 heures du matin dimanche 7 avril lorsque deux hommes (...) se sont faits agressés très violemment. Une agression homophobe selon les premiers éléments de l'enquête (...) Deux à quatre agresseurs leurs tombent dessus. »

    (Céline Lussato, sur nouvelobs.com, le 8 avril 2013)

     
     
     
    FlècheCe que j'en pense


    Il va sans dire que les quelques fautes de français relevées dans cet article sont sans commune mesure avec la gravité des faits rapportés. Est-ce cependant une raison pour à ce point sacrifier la forme au fond ?

    L'astuce consistant à remplacer un verbe du premier groupe (en -er) par un verbe d'un autre groupe aurait déjà permis à notre journaliste d'éviter de confondre le participe passé et l'infinitif du verbe agresser : Ils se sont fait mordre (et non mordus !) → Ils se sont fait agresser. Sauf à considérer agressés comme attribut du pronom personnel se (comme on dirait Ils se sont faits beaux), mais telle ne saurait être l'intention de l'auteur.

    Ensuite, en vertu de la règle d'accord du participe passé suivi d'un infinitif, ledit participe ne varie que si le complément d'objet, placé avant le participe, fait l'action exprimée par l'infinitif. Les deux hommes n'ayant évidemment pas été agressés par eux-mêmes, l'invariabilité est donc de rigueur (c'est du reste toujours le cas du participe passé fait suivi d'un infinitif).

    Quant à la confusion entre le déterminant leur (Voici leur fille et leurs chiens) et le pronom leur (Je leur ai parlé), l'indulgence incite à n'y voir qu'une simple coquille.

    Il n'empêche : inutile d'ajouter l'agression syntaxique à l'agression physique.


    Voir également le billet Accord du participe passé des verbes pronominaux

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils se sont fait agresser.

    Des agresseurs leur tombent dessus.

     

    « Qu'il n'y paraîtVoler en éclat(s) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marie-Ida
    Dimanche 25 Octobre 2015 à 18:58

    Il est tout de même préoccupant, voire fort grave et triste qu'une journaliste du Nouvel Obs fasse de telles fautes... Autrefois, sans doute par respect pour les lecteurs, il y avait des correcteurs dans les rédactions des journaux. Le fait qu'une grande partie de la communication s'effectue aujourd'hui par le biais d'Internet ne devrait rien changer à l'affaire, bien au contraire !

    2
    Michel JEAN
    Lundi 26 Octobre 2015 à 12:30

    Bonjour, en réalité, à la lecture et relecture de votre message, je me permet d'ajouter "que oui" on peut se rendre très bien compte que le francais écrit d'aujourd'hui, par un paradoxe socio-économico-culturel, est, plus encore qu'au fil de l'évolution de la presse, est fortement soumit à des ojectifs de concurence. Tout d'abord au détriment du lecteur ou des journalistes si on veut l'admettre gentiment et docilement. Mais j'abrège.  Oui ceux-ci "vite" vous répondront tous en choeurqu'ils sont égalementsoumis à des impératifs de temps mais aussi d'horaires et je ne sais quoi d'autre aussi. Qu'entre le temps de la rédaction de l'article(mais que font nos nègres) et celui de la relecture et de la rédaction les délais sont trops écourtés. Nous voici donc à nous dépatouiller avec toutes sortes de plurovicités et autressens polysémiques et/ou surprises. C'est pour quand le controle thecnique de la presse(s) ??? pour notre douce existence poétique. Bye. Mich.

    3
    Isabelle 36
    Mardi 27 Octobre 2015 à 10:16

    Bonjour,

    Je rebondis sur vos propos pour vous dire que le service correction-révision de l'Express sera tout bonnement supprimé.

    De tristes nouvelles, en tout cas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :