• Construites avec le subjonctif, les tournures quel que et quelque... que servent à exprimer la concession (façon de marquer une restriction à l'action principale sans pour autant l'empêcher de s'accomplir). Nombreux sont ceux qui reconnaissent avoir des difficultés à les employer, faute de pouvoir établir la distinction entre quelque en un seul mot et quel que en deux mots. Voici une synthèse – sans concession – qui devrait les y aider.

    Flèche

    Quel que (soit)


    Suivi de l'auxiliaire être au subjonctif, quel que s'écrit en deux mots et prend le sens de « peu importe ». Quel est alors attribut du sujet et s'accorde en genre (masculin / féminin) et en nombre (singulier / pluriel) avec celui-ci.

    Quelles que soient ses intentions, cet homme ne m'inspire pas confiance (et non  quelques soient ses intentions).

    Quelle que puisse être l'orthographe de ce mot, je n'en comprends pas le sens (orthographe est féminin, donc quelle).

    Quels que soient l'équipe et l'arbitre, nous nous concentrons sur notre jeu (accord au masculin pluriel, le masculin d'arbitre l'emportant sur équipe).

    J'attends une réponse, quelle qu'elle soit (= quelle que soit la réponse).

    Je veux ce tableau quel qu'en soit le prix (= quel que soit le prix de ce tableau).

    Quel qu'ait été son âge au moment des faits, il y a aujourd'hui péremption.

    Astuce


    On retiendra que la graphie quelque soit n'existe pas.

     

    Flèche

    Quelque... que (+ subjonctif)


    Dans sa construction avec le pronom relatif que (ou qui), qui relève du registre soutenu, quelque s'écrit en un seul mot.

    • Suivi d'un nom, il est adjectif et s'accorde donc avec celui-ci.

    Quelques efforts que vous fassiez, vous ne réussirez pas à le convaincre (= quels que soient les efforts que vous fassiez).

    • Suivi d'un adjectif, il signifie « aussi, si ». Il est alors adverbe et reste invariable.

    Quelque indulgents qu'ils soient, ils ne nous pardonneront pas facilement (= aussi indulgents qu'ils soient ou soient-ils).

    Remarque : Après quelque... que, le verbe se met au subjonctif, sauf si l'on a affaire à une simple relative à l'indicatif.

    Les quelques mots que je lui ai dits.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Lorsqu'il y a plusieurs sujets juxtaposés ou coordonnés, quel que s'accorde le plus souvent avec le terme le plus proche (notamment quand ils sont synonymes), mais l'accord au pluriel reste possible.

    Quelle que soit votre peur, votre effroi (sujets synonymes).

    Remarque 2 : Voir également l'article consacré à Quelque (accord).

    Remarque 3 : Voir également l'article consacré à l'Elision avec les composés de Que.

     

    Quel que / Quelque
    Illustration zcorrecteurs.fr

     


    2 commentaires
  • La confusion entre l'adverbe près et son homonyme l'adjectif prêt, dans les locutions prépositives près de et prêt à, est courante à l'écrit, mais se remarque également à l'oral lorsque le sujet est féminin.

    Ainsi entend-on :

    Elle n'est pas prête d'y arriver (au lieu de Elle n'est pas près d'y arriver).

    La polémique n'est pas prête de s'arrêter (au lieu de n'est pas près de s'arrêter).

     

    Rappel de la règle

    • Dans la locution près de (+ infinitif), qui signifie « sur le point de » et marque donc l'imminence, près est un adverbe (indiquant ici la proximité dans le temps) donc est invariable.

    • Dans la locution prêt à (+ infinitif), qui signifie « préparé à, disposé à », prêt est un adjectif et s'accorde donc en nombre (singulier / pluriel) et en genre (masculin / féminin). Dans ce sens, on dit aussi prêt pour.

    Il n'est pas près de s'arrêter (et non prêt de s'arrêter).

    Ils sont prêts à vous aider. Elles sont prêtes à le faire.

    Ce n'est pas près d'être prêt !

    Il ne se sent pas prêt pour passer l'examen.

     

    Subtilités

    Il est près de mourir
    (= sur le point de mourir) mais Il est prêt à mourir (= préparé à mourir).

    Il est près de partir (= sur le point de partir) mais Il est prêt à partir (= disposé à partir).

     

    Remarque 1 : La confusion entre près de et prêt à est d'autant plus fréquente « qu'on suppose ordinairement que celui qui est sur le point de faire quelque chose (...) y est en même temps disposé et résolu » (Régnier-Desmarais). La langue classique, du reste, distinguait mal les deux locutions, au point que prêt de a pu se dire pour prêt à ou pour près de : Le voilà prêt de faire en tout vos volontés (Molière). Sur eux quelque orage est tout prêt d'éclater (Racine).

    Remarque 2 : Prêt, adjectif, se rencontre dans plusieurs mots composés (avec trait d'union) : prêt-à-porter, prêt-à-monter, prêt-à-cuire, etc.

    Remarque 3 : Prêt est également un nom masculin : un prêt bancaire.

    Remarque 4 : La formule près le (la, les), aujourd'hui vieillie, s'utilise encore parfois dans le domaine administratif et juridique pour désigner une fonction attachée à un organisme : Avocat près le tribunal de grande instance de Paris, expert près les tribunaux, procureur près la Cour. Mais on tend de plus en plus à dire avocat à, expert auprès de (du, des).

    Prêt à
    Film de Robert Vince

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique