• Eh oui, envi peut s'écrire sans e final !

    Ce n'est aujourd'hui plus le cas que dans la locution adverbiale à l'envi (ellipse de l'expression jouer à l'envi de), qui signifie « sur le défi d'un adversaire » puis « avec émulation, à qui mieux mieux », et que l'on se gardera de confondre avec envie (= désir, besoin).

    Du reste, leur étymologie est aussi différente que leur sens : le nom féminin envie vient du latin invidia (jalousie, haine) quand le nom masculin envi (défi au jeu, provocation, rivalité) vient de l'ancien verbe envier dans le sens de « convier, inviter, provoquer », lui-même issu du latin invitare (inviter, engager, convier).

    Ils répètent à l'envi tout le bien qu'ils pensent de leur patron mais Ils ont envie de dire du bien de leur patron (notez que le sens est différent).

    Ils multiplient les provocations à l'envi.

    Cet homme est rongé d'envie.

    Il vaut mieux faire envie que pitié.

    Soudain, il leur prit l'envie de rire à l'envi.

    Séparateur de texte

    Subtilités

    On peut parfois hésiter entre les expressions homophones à l'envie et à l'envi (voire a l'envie).

    AstuceOn retiendra que si la phrase supporte que l'on retire l'expression, il s'agit de la locution adverbiale.


    Cette configuration peut être modifiée à l'envi
    (on peut retirer l'expression → locution adverbiale).

    Il n'a pu résister à l'envie de lui répondre (on ne peut retirer l'expression → envie = besoin, désir).

    Rien ne l'en empêche s'il en a l'envie (= avoir envie conjugué au présent).

    Remarque 1 : Eu égard à l'étymologie, on est fondé à considérer que la locution à l'envi s'emploie avec un sujet au pluriel, tant il paraît difficile d'entrer en émulation avec soi-même. Littré note pourtant qu'elle « se dit même d'une seule personne qui rivalise comme avec elle-même. La flotte qu'à l'envi favorisait Neptune (Corneille) ». De son côté, Alain Rey, dans son Dictionnaire historique de la langue française, mentionne le sens élargi de « sans retenue », qui peut s'accommoder d'un sujet singulier.

    Remarque 2 : La locution prépositive à l'envi de (= en rivalité avec) est vieillie (cf. illustration ci-dessous).

    Remarque 3 : Voir aussi l'article consacré à Avoir envie et l'article consacré à Très (envie).

    Envi

     


    votre commentaire
  • On écrira en un seul mot le nom féminin bienvenue, qui correspond à la formule d'accueil et reste au singulier.

    Je vous souhaite à toutes la bienvenue.

    Bienvenue ! Bienvenue à tous ! Bienvenue à la maison !

    On se gardera de confondre le nom bienvenue, d'une part, avec l'adjectif bienvenu (souvent employé substantivement) qui signifie « que l'on accueille avec plaisir, qui arrive à propos » ; d'autre part, avec la locution bien venu (en deux mots) qui signifie « effectivement venu » ou « qui se présente bien, qui arrive à propos ».

    Vous êtes toutes les bienvenues (substantif féminin).

    Messieurs, vous êtes bienvenus (adjectif) ou les bienvenus (substantif masculin).

    Elles sont bien venues, mais je les ai manquées (locution en deux mots).

    Une pluie bienvenue.

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : On notera que bienvenu(e), nom ou adjectif, s'écrit en un seul mot quand il s'agit de l'accueil d'une personne. Mais il est d'autres cas où l'hésitation est permise.

    Une idée bienvenue (= qui arrive à propos, à point nommé) ou Une idée bien venue (= bien faite, élégante, habile).

    Remarque 2 : De nos jours, l'adjectif malvenu s'écrit le plus souvent en un seul mot : Une remarque malvenue. Elle est malvenue à (ou de) se plaindre.

     

    BienvenueBienvenue

                                           Au choix...

     


    8 commentaires
  • On se gardera de confondre subi, participe passé du verbe subir, et l'adjectif subit (avec un t ne se prononçant pas au masculin) qui signifie « soudain, brusque ». Il s'agit de deux homophones (prononciation identique, mais sens différent).

    Un viol subi dans son enfance, une agression subie par une femme.

    Un mouvement subit, une envie subite, la mort subite du nourrisson.

    Le départ de sa femme a été fort subit mais Il a mal subi le départ de sa femme.

    L'opération qu'il a subie.

     

    Subit

     


    4 commentaires
  • Le gril (avec un seul l qui est prononcé ou non) est un ustensile de cuisine sur lequel on fait cuire des aliments.

    On se gardera de toute confusion avec le grill (avec deux l), qui est l'abréviation de l'anglais grill-room et qui désigne un restaurant où l'on sert des grillades.

    J'ai mangé du poisson cuit sur le gril dans un grill parisien.

    Grill

     


    votre commentaire
  • La confusion est fréquente entre l'adjectif verbal et le participe présent sur lequel il est formé,  notamment pour les verbes se terminant en -ger, -guer et -quer pour lesquels l'adjectif et le participe présent diffèrent par l'orthographe mais pas par la prononciation (ce sont des homophones) : -geant → -gent, -guant → -gant, -ant → -ent, -quant → -cant.

    Il convient de les distinguer, afin de les orthographier et les accorder correctement − l'adjectif s'accordant en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte, contrairement au participe présent qui est invariable (1).

    AstuceVoici la méthode que nous vous proposons :

    • si le mot analysé peut être remplacé par un adjectif qualificatif ou mis au féminin, il s'agit de l'adjectif verbal → accord.

    • sinon il s'agit du participe présent → on conserve généralement le radical du verbe + -ant (marque du participe présent) et on ne fait pas d'accord.

    • Pour déterminer l'orthographe, on retiendra que, le participe présent étant invariable, tout féminin se terminant par le son [ghante] ou [kante] est un adjectif ou un nom et s'écrit -gante / -cante.

     

    Le personnel navigant est en grève (le personnel « embarqué » ou l'équipe « navigante » → c'est un adjectif → accord).

    Des bateaux naviguant sur les flots (on ne peut pas remplacer naviguant par un adjectif ni le mettre au féminin → c'est un participe présent → on conserve le radical navigu- du verbe naviguer et on ne fait pas d'accord).

    Ces arguments sont peu convaincants (ces arguments sont peu « pertinents » ou ces explications sont peu « convaincantes » → adjectif → accord).

    Il est parvenu à ses fins en me convainquant (on ne peut pas remplacer convainquant par un adjectif ni le mettre au féminin → participe présent → pas d'accord).

    C'est un homme négligent (c'est une femme « négligente » → adjectif → accord ; du reste, cette graphie ne peut être celle d'un participe présent qui se termine toujours par -ant !).

    C'est en négligeant son travail qu'il a échoué à son examen (participe présent → radical du verbe négliger + -ant et pas d'accord).

    Je me suis réveillé en suffoquant (participe passé). L'air était suffocant (adjectif).

    Sa colère allait croissant (participe présent).

    (1) On notera toutefois que le participe présent était autrefois variable, comme en témoignent encore certaines locutions figées de la langue juridique : toutes affaires cessantes, séance tenante, des ayants droit…

    Séparateur de texte

    Remarque 1
    : Au participe présent fabriquant ne correspond pas d'adjectif verbal mais le nom fabricant avec un c (contrairement à trafiquant et à pratiquant, qui conservent qu dans les deux formes).

    Remarque 2 : Notez que exigeant et obligeant sont non seulement homophones mais également homographes comme participes et comme adjectifs (ils se prononcent et s'écrivent de la même façon), ce qui ne facilite pas toujours la distinction. Du reste, l'apparente incohérence qui semble avoir présidé à la formation des familles exigeant/exigence, obligeant/obligeance et négligent/négligeant/négligence trouve sa justification – comme souvent en français – dans des considérations étymologiques (selon que c'est le verbe ou le nom qui a servi de modèle aux autres éléments de la série).

    Astuce

    Moyen mnémotechnique concernant les adjectifs : Un homme exigeant exige le a que néglige un homme négligent.

    Remarque 3 : Dans la locution soi-disant, disant est un participe présent et reste donc invariable (voir l'article consacré à soi-disant).

    Remarque 4 : Après avoir longtemps fluctué, l'usage veut désormais que l'on distingue l'adjectif formé sur le participe présent résidant [Le lieu où elle est résidante. Les membres résidants d'une académie (par opposition aux membres correspondants)] du nom résident (avec un e), désignant une personne établie à l'étranger (Les résidents français en Angleterre). À cette ancienne acception du nom, l'Académie en a ajouté une nouvelle en 1994 : « Personne qui habite une résidence, qui vit habituellement dans une résidence ou y est hébergée » (Les résidents d’un foyer, d’une maison de retraite, d'un immeuble) − là où Girodet préconise Les résidants d'une maison de retraite médicalisée. Dans le doute, rien n'empêche de préférer parler des personnes résidant (participe présent) dans l'immeuble, de ses locataires ou de ses occupants.

    Astuce

    Moyen mnémotechnique : le substantif résident s'écrit avec un e comme président.

    Remarque 5 : Voir également les articles Fatigant / Fatiguant, Pareil et, concernant les formes en -ant suivies d'un complément d'objet indirect ou d'un complément circonstanciel, Équivalant / Équivalent.

    Subtilité 1 : Dans le cas des verbes intransitifs, on a le choix entre l'accord et l'invariabilité selon que l'on veut privilégier l'état, la qualité (adjectif verbal) ou l'action (participe présent).

    Comparez :

    Nous courions, les jambes ruisselantes de sueur (= les jambes qui sont ruisselantes de sueur, « trempées » de sueur → adjectif verbal).

    Nous courions, les jambes ruisselant de sueur (= les jambes qui ruissellent de sueur, en train de ruisseler de sueur → participe présent).

    Subtilité 2

    Voici de jeunes habitants du quartier (substantif variable) mais Voici des jeunes habitant le quartier (participe présent invariable)

    Excellant / Excellent

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique