• Grand queux de France


    « Dans un cadre médiéval, les cochonnailles gisent sur votre table et les retours de chasse du maître queue sont dignement fêtés (...) »
    (Mathilde Paris, dans Petit Futé Les meilleurs restaurants de France) 

     
     
     

    FlècheCe que j'en pense


    Il n'y a guère que l'orthographe qui ne soit pas ici à la fête...

    Est-il besoin de rappeler que, dans une cuisine, queue ne s'écrit avec un e final que lorsqu'il est question de casserole ou de homard ? Accompagné du mot maître, on le sert avantageusement avec un x, hérité du latin coquus, « cuisinier » (de coquere, « cuire ») : le maître queux (entendez le chef des cuisiniers d'une grande maison) ou, à bord d'un navire, le maître coq.

    N'en déplaise à Dupré, Girodet considère que le tour, « vieilli », s'écrit sans trait d'union. On se gardera donc de faire inutilement dresser le grammairien en chef sur ses ergots.

    Remarque : Pour corser notre affaire, il existe un autre queux (du latin cos, cotis), substantif féminin cette fois, qui désigne une sorte de pierre à aiguiser et s'est également écrit (à tort, selon Littré)... queue !

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Un maître queux.

     

    « Encore une bien belleJ'ai l'orthographe qui flanche... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :