• Êtes-vous vraiment... sur ?

    « Le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, s'est défendu jeudi d'avoir mis un frein considérable aux aides à l'agriculture biologique, comme l'ont dénoncé les producteurs biologiques la semaine dernière. "Je m'inscris en faux sur des déclarations comme celles-là", a-t-il dit sur RTL. »
    (paru sur boursorama.com, le 3 août 2017)

     

      FlècheCe que j'en pense


    Il n'aura échappé à personne que la préposition sur, qui pousse de nos jours à la vitesse d'une mauvaise herbe, est en passe d'envahir la plupart des champs autrefois réservés à ses congénères : on habite sur Paris (au lieu de à), on trouve à redire sur quelque chose (au lieu de à), on n'aboutit sur rien de concret (au lieu de à), on fait quelque chose sur deux heures (au lieu de en), on va voir mamie sur les quatre heures (au lieu de vers), on est sur un dossier important, etc. Dernière victime en date de cette culture surintensive : la locution s'inscrire en faux. Jugez plutôt : « Une société de conseil [...] s'inscrit d'emblée en faux sur ce sujet » (BFM TV), « Le sénateur-maire [...] tient à "s'inscrire en faux sur ces déclarations infondées et inexactes" » (France Bleu), « L'OPH 32 s'inscrit en faux sur cette allégation » (La Dépêche), « Le spécialiste s'inscrit en faux sur l'idée, largement répandue, selon laquelle [...] » (L'Obs), « Nous nous inscrivons en faux sur ce point » (Le Monde), « Elle s'inscrivait en faux sur les arguments avancés dans la note » (Le Figaro(1). J'en étais resté, pour ma part, à la construction avec contre au sens courant de « opposer un démenti, s'élever contre (une proposition, une allégation...) » : « Ah ! je m'inscris en faux contre vos paroles » (Molière), « Invariable ? On peut hardiment s'inscrire en faux là contre » (Maurice Grevisse), « Je m'inscris en faux contre ce que vous venez de dire » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie) et, elliptiquement, « Une méprise de mots contre laquelle Nay semblait s'être inscrit d'avance » (Buffon).

    Le tour, attesté au XVIe siècle (2), serait emprunté à la langue juridique, où s'inscrire en faux (ou à faux) se disait proprement pour « écrire son nom sur un registre en vue d'établir la fausseté d'une pièce », soit « soutenir en justice qu'un acte produit par la partie adverse est faux ou falsifié ». De là, selon toute vraisemblance, la tentation de la préposition sur, semée à tout vent dans le langage commun par confusion entre le support utilisé (s'inscrire sur un registre, sur une liste) et la chose dénoncée (s'inscrire contre quelque chose). Il n'empêche, on n'hésitera pas à poursuivre les contrevenants − fussent-ils animés d'intentions biologiquement pures − pour faux et usage de faux...

    (1) On récolte aussi sur la Toile de nombreux exemples avec la préposition avec (sous l'influence de être en froid avec ?) : « S'inscrire en faux avec l'idée que [...] » (Le Point), « Donald Trump s'inscrit en faux avec les différents concepts qui [...] » (Les Échos).

    (2) « S'inscrire en faux contre ceste loy Salique » (Responce des vrays catholiques françois à l'avertissement des catholiques anglois pour l'exclusion du roy de Navarre de la Couronne de France, 1588).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le ministre de l'Agriculture s'inscrit en faux contre ces déclarations.

     

    « Délivrez-nous du malRetour de flamme »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Michel Jean
    Lundi 7 Août à 22:00

    Bonsoir M. Marc, exact trop de [sur] qui boursouflent la phrase.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :