• Enseigner un viatique

    Enseigner un viatique

    « Notre école excelle à former une petite élite, parvient à enseigner un viatique minimal à une large cohorte. »

    (Émilie Lanez, dans Le Point no 2092, octobre 2012)

    (photo Wikipédia)


    FlècheCe que j'en pense


    On va encore dire que je chipote.

    Emprunté du latin viaticum (« ressources, provisions » puis « voyage »), viatique est un substantif masculin qui désigne au sens propre la provision d'argent ou de nourriture qu'on donne à quelqu'un (spécialement un religieux) pour un voyage : Son père lui donna cent euros pour tout viatique.

    Les mêmes idées de voyage et de secours se retrouvent dans son acception religieuse : chez les catholiques, le viatique désigne le sacrement de l'Eucharistie administré aux malades en péril de mort : On lui a donné le viatique (comme un secours apporté à celui qui va faire le voyage de l'autre monde).

    Au figuré, dans un emploi unanimement qualifié de littéraire, le mot prend le sens de « soutien, secours, aide » (« le moyen de parvenir » précise Littré) : Savoir est un viatique ; penser est de première nécessité (Hugo). L'expérience est son meilleur viatique pour affronter cette épreuve.  

    Forts de ces considérations sémantiques, revenons-en à l'expression employée par notre journaliste. Enseigner un viatique minimal : enseigner un soutien, un secours ? Le choix du verbe ne semble guère approprié... Certes, me ferez-vous remarquer avec juste raison, on comprend le propos : il est ici question de faire acquérir aux élèves un bagage minimal. On conçoit même le cheminement : depuis le sens propre du bagage du voyageur jusqu'à celui, figuré, du bagage intellectuel, entendez l'ensemble des connaissances nécessaires pour le voyage de la vie. Il n'empêche : donner, fournir, acquérir, recevoir un viatique constituent des compagnons de voyage plus fréquentables que enseigner un viatique.

    Surtout, je m'étonne qu'aucun de nos dictionnaires usuels (pas même le Dictionnaire historique de la langue française, c'est tout dire !) n'évoque explicitement cette proximité de sens avec bagage, pourtant satisfaisante du point de vue de l'étymologie. La question se pose donc : est-on fondé à faire de viatique un « mot valise » (si j'ose dire) synonyme de soutien comme de bagage ? Dans le doute... mieux vaut faire simple et plier bagage !

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Notre école parvient à enseigner un savoir minimal à une large cohorte (éventuellement : à donner un viatique minimal à une large cohorte ?).

     

    « Répond-t-ilEt quelque(s) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :