• Dé-rat-page syntaxique ?

    « A Hong Kong, un habitant a ainsi été diagnostiqué il y a peu avec l'hépatite E du rat. »
    (Charlotte Anglade, sur lci.fr, le 2 octobre 2018)  

     

    FlècheCe que j'en pense


    Que notre journaliste se rassure, elle est en bonne compagnie : Le Parisien, La Dépêche, Sud Ouest, RTL, Sciences et Avenir, nombreux sont les organes de presse qui se font également l'écho, dans la même syntaxe approximative, de cette inquiétante première mondiale. De là à voir dans pareille unanimité le symptôme d'un dérapage préalable de l'AFP...

    Emprunté du grec diagnôstikos (« apte à reconnaître, à discerner »), diagnostic est un terme de médecine qui désigne l'identification d'une maladie d'après l'étude de ses symptômes et, par analogie, le jugement porté sur une situation complexe, un mal, une difficulté, etc. d'après l'interprétation de signes extérieurs : « Établir le diagnostic d'une maladie » (Académie), « [Le] diagnostic d'une réelle misère » (Balzac). Aussi le verbe transitif diagnostiquer − attesté en 1806 au sens de « reconnaître, identifier en faisant le diagnostic » − se construit-il régulièrement avec la chose diagnostiquée (maladie, état, défaut, tendance...) comme objet direct : Le médecin a diagnostiqué un cancer chez son patient. Les experts ont diagnostiqué une crise économique.

    Mais alors, me demanderez-vous la fièvre au front, pourquoi voit-on se répandre comme un virus, depuis au moins le milieu du XIXe siècle, des emplois de diagnostiquer avec un complément d'objet direct (ou, au passif, avec un sujet) de personne ? Qu'on en juge : « Un sujet qui avait été diagnostiqué tuberculeux » (Théodore-Émile Leudet, 1853), « Ce malade, diagnostiqué tuberculeux » (Alfred Fournier, 1875), « Diagnostiquer les malades » (Pierre-Louis-Gabriel Mondan, 1882), « Un malade diagnostiqué ataxique » (Jules Dejerine, 1884), « Un malade diagnostiqué lépreux » (Isaac Bruhl, 1890), « Tout malade diagnostiqué doit être immédiatement traité » (La France médicale, 1900), « Les mains jointes, dans la position qui lui est familière quand il diagnostique un malade » (L'Avenir d'Arcachon, 1911), « Un seul enfant est diagnostiqué par le médecin comme atteint de débilité mentale » (Jean-Maurice Lahy, 1927), « L'enfant qui ne va pas bien dans l'école est diagnostiqué comme ayant des troubles "relationnels" » (revue Ornicar ?, 1983), « [Des] femmes diagnostiquées avec un cancer du sein » (Nouvelles Questions féministes, 2006), « Auprès de femmes diagnostiquées d'un cancer du sein » (Anne-Cécile Bégot, 2010), « Le futur bébé [...] diagnostiqué comme porteur d'un handicap » (Bertrand Quentin, 2013), « Un homme diagnostiqué en phase terminale » (Alain Boublil, 2017) et, au figuré, « À ses manières, à la coupe de ses vêtements, elle diagnostique quelqu'un de très bien » (Johannès Gravier, 1902). D'aucuns s'empresseront d'y diagnostiquer des anglicismes syntaxiques : le verbe to diagnose, qui possède à l'origine le même sens qu'en français, ne s'est-il pas vu ajouter celui de « identifier la nature de l'état de santé de (quelqu'un) » (1) ? Témoin ces exemples relevés dans le Cambridge Dictionary et l'Oxford Dictionary : The specialist diagnosed cancer (même construction que sous nos latitudes) et She was diagnosed with/as having diabetes, she was diagnosed as a diabetic (constructions passives avec un sujet de personne). Le français a-t-il été contaminé, dans cette affaire, par la syntaxe anglaise ? Ce ne serait pas la première fois, me direz-vous. En l'espèce, il me semble bien plutôt que les deux verbes ont connu dans leurs langues respectives la même évolution sémantique suscitant les mêmes critiques (2), à ceci près que les dictionnaires anglais admettent désormais l'emploi étendu que leurs homologues tricolores s'obstinent à ignorer. Mais pour combien de temps encore ? Il faut bien reconnaître que le phénomène, qui s'observe surtout à la voix passive, paraît d'autant plus difficile à enrayer qu'il n'existe pas toujours d'équivalent satisfaisant en français soigné. Comparez :

    • Il est diagnostiqué tuberculeux → Il est déclaré tuberculeux (sens affaibli), il apprend par son médecin qu'il est atteint de tuberculose (formulation plus longue).
    • Les femmes diagnostiquées avec (ou d') un cancer du sein → Les femmes chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué (construction que d'aucuns considèrent comme peu naturelle, voire lourde).
    • Un enfant diagnostiqué comme autiste → Un enfant qui a reçu un diagnostic d'autisme.
    • Le médecin diagnostique un malade → Le médecin diagnostique une maladie chez un patient.
    • Diagnostiquer un malade à son haleine → Établir un diagnostic à partir de l'haleine du malade.


    Après tout, ne manqueront pas de faire observer les médecins et les avocats du diable, la tendance de l'usage à considérer que le malade et son affection ne font qu'un est-elle à ce point condamnable ? Le commun des patients anglais, lui, n'en fait plus une maladie...

    (1) « 1. Identify the nature of (an illness or other problem) by examination of the symptoms. 2. Identify the nature of the medical condition of », selon l'Oxford Dictionary. Et aussi : « 1. To recognize (something, such as a disease) by signs and symptoms. 2. To diagnose a disease or condition in », selon le Merriam-Webster Collegiate Dictionary.

    (2) « "[She] is diagnosed for kleptomania." Such use of the word "diagnosed" is incorrect. A person cannot be diagnosed : the thing that is diagnosed is a disease, a condition, etc. » (Charles Lurie, How to Say it, 1927), « A condition or disease is diagnosed (a patient is not) » (Lynn Staheli, Speaking and Writing for the Physician, 1986).

    Remarque 1 : Inattendu, cet emploi de la préposition sur sous des plumes académiciennes : « Après avoir diagnostiqué sur la maladie de l'enfant » (Octave Mirbeau, de l'Académie Goncourt, 1885), « Un fameux médecin qui doit examiner la reine et diagnostiquer sur son état mental » (René Doumic, de l'Académie française, 1897).

    Remarque 2 : On se gardera, en français moderne, de toute confusion entre diagnostic, substantif, et diagnostique, adjectif (les signes diagnostiques du cancer) et forme conjuguée (le médecin diagnostique un cancer).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    L'hépatite E du rat a été diagnostiquée chez un habitant de Hong Kong.
    Des scientifiques de l'Université de Hong Kong ont diagnostiqué pour la première fois le virus de l'hépatite E du rat chez un être humain.
    Un habitant de Hong Kong a contracté l'hépatite E du rat.

     

    « Ni un(e) ni deux

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :