• Dans les choux


    « En scindant Bercy entre le ministère de l'Économie dévolu à Arnaud Montebourg et celui des Finances qui échoue à Michel Sapin, Manuel Valls prend un risque vis à vis des interlocuteurs de la France à Bruxelles. »
    (Géraldine Russel,  sur lefigaro.fr, le 2 avril 2014)  
     

    Manuel Valls (photo Wikipédia sous licience GFDL par Jackolan1) 

     

    FlècheCe que j'en pense

    Sinistre présage que celui adressé par notre journaliste au ministre des Finances fraîchement nommé. C'est que échouer n'est pas échoir !

    Adolphe Thomas est le premier à le reconnaître : « Il faut se garder de confondre ces deux verbes dans la conjugaison : C'est un grand honneur qui m'échoit (et non qui m'échoue). » La confusion est d'autant plus fâcheuse que nos frères siamois, qui pourraient bien ne présenter aucun rapport étymologique entre eux, ont des sens fort différents. Terme de marine, échouer signifie proprement « toucher le fond » puis « s'arrêter » et, au figuré, « ne pas réussir », quand échoir s'emploie au sens de « arriver par hasard ou à échéance » ou, comme dans notre affaire, de « être dévolu ».

    Mais il était écrit qu'un verbe hautement défectif − échoir ne s'emploie guère qu'à la troisième personne du singulier et du pluriel de certains temps : il échoit, il échut, il échoira, il échoirait, échéant, échu, etc. − serait plus souvent qu'à son tour concurrencé par un paronyme du premier groupe, à la conjugaison autrement régulière. À Bruxelles comme à Paris, le constat est tristement le même : notre journaliste n'est pas le seul à... échouer sur ledit écueil ! Qu'on en juge : « Le saurait-il par hasard qu'il ne lui échouerait aucune fonction particulière » (Élisabeth Badinter, citée par Grevisse) ; « la longue série de princes héritiers qui, durant tout le siècle, attendraient aux Tuileries une couronne qui ne leur échouera pas » (Georges Poisson) ; « Il espère bien que ce rôle lui échouera » (Gilberte Émile-Mâle) ; « C'est au général (...) qu'échouera la responsabilité d'exécuter les dispositions de cet arrêté » (Louis-José Paul) ; « la puissance juridique qui échoue à ce fils devenant époux » (Michelle Salitot).

    Nos ministres de choix pourront toujours se consoler en donnant, le cas échéant, un sérieux tour de vis à la dette qui nous échoit.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    En scindant Bercy entre le ministère de l'Économie dévolu à Arnaud Montebourg et celui des Finances qui échoit à Michel Sapin, Manuel Valls prend un risque vis-à-vis des interlocuteurs de la France à Bruxelles.

     

    « Le revers de la pièceConfondre sa gauche et sa droite »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :