• Courbatu / Courbaturé

    « Les mots courbatu et courbaturé sont corrects mais, bien que l’on emploie souvent l’un pour l’autre, ils ne sont pas tout à fait synonymes ». Ainsi l'Académie, sous la pression de l'usage, finit-elle par reconnaître de guerre lasse le controversé courbaturé, après l'avoir superbement ignoré pendant plus d'un siècle.

    L'histoire commence au XIVe siècle. A cette époque, seul existe l'adjectif courbatu. Composé de court pris adverbialement et de battu (d'après l'étymologie donnée par Littré et reprise par l'Académie), il signifie proprement « battu à bras raccourcis » ou « bien battu » et se disait d'un cheval dont la respiration et les mouvements sont entravés. La langue littéraire lui a ensuite donné le sens de « qui éprouve une grande lassitude du corps et surtout des jambes ».

    Après cette longue marche, je me sens tout courbatu.

    Ce n’est qu’au XVIe siècle que le substantif courbature fait son apparition, à partir du mot courbatu, pour désigner les raideurs musculaires que peuvent provoquer la fatigue ou la maladie.

    A son tour, courbature donna logiquement naissance en 1835 au verbe transitif courbaturer (provoquer des courbatures) et au participe passé courbaturé... au grand dam des académiciens et de Littré pour qui « ces allongements de mots ne sont pas toujours une richesse dans la langue ».

    Je suis tout courbaturé à force d'être resté longtemps penché.

    Rester longtemps penché courbature le corps.

    Si les deux mots sont aujourd'hui considérés comme interchangeables en dépit de leur subtile nuance, le vieux courbatu reste de meilleure langue en ce qu'il respecte l'étymologie donnée par Littré (court-battre et non court-batturer, qui ne fait pas sens). Mais force est de constater qu'il cède le pas devant son jeune concurrent courbaturé, d'autant que certains linguistes (dont Albert Dauzat), contestant l'analyse de Littré, légitiment ce dernier en le rattachant au latin curvatura puis au gascon curbaduro (sens de « courbure »).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : On notera que chacun de ces mots s'écrit traditionnellement avec un seul t (graphie classique), avec deux t (courbattu et courbatturé) selon les Rectifications orthographiques de 1990.

    Remarque 2 : Courbatu ne correspondant à aucune forme verbale (l'ancien verbe courbattre, attesté par Littré, n'est plus d'usage depuis longtemps), il ne peut être employé comme participe passé du verbe courbaturer. On dira donc : La balade à cheval m’a courbaturé (et non m'a courbatu).

     

    Courbatu / Courbaturé

     

    « Technique / TechnologieAire / Superficie / Surface »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :