• Coup de frais

    « "Les Cassandre en sont pour leur frais. L’UMP reste le premier parti de France!", se félicite [Jean-François Copé, photo ci-contre]. »

    (paru sur liberation.fr, le 30 juin 2013)

     

     

    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Marie-Lan Nguyen)


    FlècheCe que j'en pense

     
    Faut-il voir dans les récentes déclarations du fraîchement confirmé président de l'UMP la prophétie d'un nouveau coup de froid dans les rangs de son parti ? Que nenni ! Il se trouve que notre journaliste a vraisemblablement oublié que, dans son acception courante de « dépenses », le substantif frais ne peut s'employer au singulier : selon le Dictionnaire historique, son s final formerait en effet le pluriel de l'ancien français fret ou frait (« dommage causé en brisant quelque chose », d'où « dépense destinée à réparer le dommage »), emprunté du latin fractum, « dépense ». Partant, on écrira correctement, si extraordinaire que cela puisse paraître : Aucuns frais ne seront remboursés.

    Du reste, viendrait-il à l'idée de quelqu'un, fût-il persuadé d'avoir perdu sa peine sans avoir atteint son but, de s'écrier qu'il en est pour son frais ? Voilà qui aurait de quoi donner la chair de poule...


    Voir également le billet Frais.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les Cassandre en sont pour leurs frais.

     

    « Peine re(c)quiseC'est tout comme »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :