• Arrêtons d'utiliser impact à tout va !

    Ce mot à la mode possède une signification très précise, notamment en termes de balistique : emprunté du latin impactum (dans le sens de « frapper contre »), il désigne à proprement parler le choc d'un projectile contre un corps et, par métonymie, la trace laissée par le projectile au point d'impact.

    Des impacts de balles.

    Le point d'impact d'une balle, d'une météorite.

    L'impact a été très violent, lors de l'accident.

    Au figuré, impact désigne un effet violent (de surprise, de choc), une vive répercussion (produite sur l'opinion), conservant ainsi l'idée de brutalité, de heurt présente au sens propre.

    L'impact du « J'accuse » d'Émile Zola sur l'opinion.

    Mais l'usage actuel (journalistique et publicitaire, notamment) en a considérablement affaibli la portée, sous l'influence de l'anglais impact, au point de déclencher les légitimes protestations de l'Académie : « C'est par une extension abusive qu'on emploie Impact en parlant d'une influence diffuse ou générale. » Dans ce cas, le locuteur épris de clarté privilégiera effet, influence, conséquence, répercussion, résultat, retentissement, contrecoup.

    Les effets de la publicité, de la crise financière, du réchauffement de la planète (de préférence à L'impact).

    Son intervention a eu un effet positif sur l'opinion (de préférence à un impact).

    La nouvelle a eu un grand retentissement dans le milieu politique.

    Une étude d'impact n'est rien d'autre que l'étude des effets d'une politique.

    Séparateur de texte


    Remarque
    : Il va de soi que le verbe impacter ainsi que ses dérivés (impactant) ne sont pas reconnus par l'Académie. On aura avantageusement recours, selon le contexte, aux verbes affecter, agir, causer, concerner, frapper, impressionner, influencer, nuire, peser, toucher, etc. ou aux locutions avoir un effet sur, avoir des répercussions, exercer une influence, influer sur, jouer un rôle dans, etc. Une fois encore, la richesse du français permet une grande précision.

    La crise affecte l'activité économique (et non impacte l'activité économique).

     

    Impact

    Quels effets sur notre santé
    ? serait plus approprié.

     


    votre commentaire
  • L'adverbe pratiquement signifie « dans la pratique, en pratique ».

    Théoriquement, il a raison ; pratiquement, il a tort.

    C'est donc abusivement qu'on l'emploie - sous l'influence de l'anglais practically - dans le sens de quasiment, presque, à peu près, pour ainsi dire.

    Ainsi, la phrase Ils y sont pratiquement arrivés est donc censée signifier « ils y sont arrivés dans la pratique » et non « ils y sont presque arrivés ».

     

    Pratiquement

    Des tissus presque infroissables (et non pratiquement infroissables)
    (photo wikipedia sous licence GFDL by Virginie Couture)

     


    votre commentaire
  • Voilà le mot qui empoisonne toutes les remises de prix en France (ainsi que les émissions de télé-réalité...).

    Jacques Capelovici (voir bibliographie et Remarque 1) nous rappelle comment tout a commencé :

    « Participant en 1980 à l'attribution des "César" devant un public français, l'actrice autrichienne Romy Schneider, ne trouvant pas le mot français désignant les sélectionnés, crut bien faire en francisant le nom anglais nominee sous la forme de nominé, erreur dont on ne saurait la blâmer. »

    Le souci, c'est que l'erreur perdure depuis cette date, malgré les nombreuses protestations de l'Académie : « Aucun verbe français autre que Nommer ne correspondant à Nomination, on s'interdira d'employer l'américanisme Nominer [au sens de "sélectionner des œuvres, des personnes pour un prix, une distinction"]. »

    En effet, s'il existe bien en français un verbe sélectionner qui a donné naissance au nom sélection, il ne saurait exister un verbe nominer à l'origine de nomination (qui désigne en fait l'action de nommer).

    Certains objecteront qu'il s'agit pourtant là d'un verbe bien formé (à partir du latin nominare, nommer), impliquant avantageusement l'idée d'une sélection avant un choix final. Il n'empêche, pour éviter toute critique, on remplacera prudemment le coupable nominé par les équivalents proposés dès 1983 par la commission ministérielle de terminologie de l’audiovisuel : sélectionné et nommé (auxquels on peut ajouter, si besoin était, pré-sélectionné, proposé, pressenti, cité, désigné, qualifié, en lice, en compétition).

    Cet acteur a été sélectionné dans la catégorie Meilleur second rôle masculin.

    Il a obtenu plusieurs nominations (= il a été sélectionné à plusieurs titres en vue d'une remise de prix).

    Maître Capello conclut malicieusement : « C'est pourquoi cet absurde nominé a été à juste titre refusé par l'Académie française, qui n'a pas pour mission de naturaliser français tout barbarisme fabriqué de bonne foi par un étranger. »

    Nominé

    Remarque 1 : Selon d'autres sources, l'apparition du mot nominé coïnciderait avec la création même de la cérémonie des César, en 1976.

    Remarque 2 : J'attire l'attention de tous ceux qui mesurent la pertinence d'un mot ou d'une expression à l'aune de sa fréquence sur l'internet. Ainsi Google indique près de 4 millions d'occurrences (chiffre soumis à variations saisonnières)... pour un nominé proscrit de la langue française (même si certains dictionnaires ont cru bon de mentionner cet anglicisme, mais avec toutes les réserves d'usage). Tout ce que prouvent les chiffres des moteurs de recherche, c'est qu'un mot – même légitimement condamné – est passé dans l'usage.

     

    Nominé

    Et les nommés sont...

     


    5 commentaires
  • On a du mal à imaginer aujourd'hui la polémique démesurée qu'a suscitée l'essor du verbe baser.

    Nous sommes à la fin du XVIIIe siècle. Apparu en 1618, le verbe baser est de plus en plus employé - bientôt même par d'excellents auteurs (Balzac, Baudelaire, Hugo, etc.) - alors qu'il s'agit d'un néologisme que certains considèrent comme inutile puisque synonyme de fonder. L'Académie cède à la pression en l'admettant dans son Dictionnaire en 1798... pour le bannir de l'édition de 1835, à la suite de la campagne menée par quelques puristes, dont l'académicien Royer-Collard qui s'écria à cette occasion : « S'il [le verbe baser] entre, je sors ! »

    De nos jours, l'Académie ne reconnaît que l'acception militaire du verbe baser, à savoir « installer dans une ou plusieurs bases (militaires) ».

    La flotte basée à Brest. Les troupes basées sur le territoire.

    Pour le reste, elle persiste dans sa condamnation : « [Le verbe baser] ne doit pas être employé au sens figuré. Il faut lui préférer Fonder, établir. »

    On peut légitimement se demander pourquoi l'Académie fait preuve d'un tel acharnement, quand Littré lui-même reconnaissait qu'il s'agit d'« un néologisme fort employé présentement et qui n'a rien de condamnable en soi », puisque régulièrement formé sur base comme fonder l'est sur fond. Hanse (voir bibliographie) renchérit : « Baser, employé comme synonyme de fonder, a des ennemis irréductibles. Cet emploi n'est pourtant ni récent ni rare, même dans la langue cultivée ou littéraire, et l'on doit le considérer comme correct ».

    Pour autant, rien n'empêche de recourir à fonder pour éviter les critiques, d'autant que ce dernier verbe possède certaines acceptions étrangères à baser. Il en est ainsi de : Fonder un foyer, une famille, une entreprise, un parti politique. Fonder sur quelqu'un de grands espoirs (= croire en ses possibilités).

    Dans le sens de « prendre pour base, pour fondement » et « s'appuyer sur », (se) baser et (se) fonder sont considérés comme synonymes – même si les puristes proscriront la formulation (se) baser sur « qui sent trop ses origines scientifiques » (elle appartient à la langue de l'architecture, de la géométrie et de la chimie, selon Georgin).

    Il a fondé (de préférence à basé) son argumentation sur des éléments invérifiables.

    Une relation fondée (de préférence à basée) sur la confiance.

    Sur quoi se sont-ils fondés (de préférence à basés) pour critiquer cette analyse ?

    On dira toutefois : Ces remarques ne sont pas fondées (et non ne sont pas basées). Le bien-fondé d'une requête. → emploi de fondé comme adjectif dans le sens de « légitime, justifié, mérité ».

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : La forme passive être fondé à (de préférence à de) signifie « avoir de bonnes raisons pour, être autorisé à ».

    Cet enfant est fondé à réclamer son héritage.

    Remarque 2 : Un fondé de pouvoir est une personne dûment autorisée à agir au nom d'une autre personne ou d'une société (Des fondés de pouvoir).

    Remarque 3 : Le magazine Vie et Langage a tenté d'établir une distinction entre les deux verbes, suggérant que, si l'on conçoit qu'une opinion puisse être fondée sur des preuves irréfutables (au sens de « s'appuyer sur », « être motivé, justifié »), « il est assez choquant de parler d'une "opinion fondée sur des ragots de bonne femme" ». Dans le cas où l'idée positive de soutien est absente, l'emploi de basé semble préférable. Ce qui donnerait ainsi toute sa légitimité à la phrase de Proust : « Du moins le plaisir n'était-il pas basé sur le mensonge » (A l'ombre des jeunes filles en fleurs).

    Baser / Fonder
    Steve Jobs avait co-fondé la célèbre marque à la pomme.
    (photo wikipedia sous licence GFDL by Matt Yohe)

     


    4 commentaires
  • Qu'on se le dise, les adverbes jadis et naguère ne sont pas synonymes ! Bien au contraire...

    Jadis est la contraction du vieux français ja a dis (du latin jam, « déjà », et de dies, « jour »), signifiant « il y a déjà des jours » et par extension « il y a longtemps, autrefois ».

    Naguère est la contraction de (il) n'y a guère (de temps), soit « il y a peu de temps, récemment ».

    On veillera donc à bien faire la distinction entre jadis, qui se situe dans un passé lointain, et naguère, qui se situe dans un passé proche.

    Il fut mon ami, jadis.

    Au temps jadis.

    Cette entreprise, naguère si florissante, subit aujourd'hui la crise de plein fouet.

    Séparateur de texte

    Remarque : Antan signifie au sens propre « l'année d'avant » (du latin ante, « avant », et annum, « année »). On l'emploie aujourd'hui uniquement comme complément du nom avec le sens abusif d'« autrefois », « jadis » (Les coutumes d'antan) alors qu'il devrait être considéré comme leur antonyme : antan (il y a peu de temps) s'oppose à jadis (il y a très longtemps).

    Mais où sont les neiges d'antan (= d'autrefois, plus vraisemblablement que de l'année passée) ? [vers de François Villon, extrait de la Ballade des Dames du temps jadis, évoquant l'inexorable fuite du temps].

    Jadis / Naguère

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique