• Aux confins du Milieu

    « Bernard Pivot a décidé d'exporter sa célèbre dictée jusqu'aux confins de l'Empire du Milieu. »
    (Mathias Pisana, sur lefigaro.fr, le 1er mars 2016)  
     
    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Georges Seguin)

     

    FlècheCe que j'en pense


    Oserai-je l'avouer ? L'expression jusqu'aux confins de m'a toujours paru fort ambiguë. Ainsi, quand Georges Duhamel évoque « un grand immeuble moderne aux confins du quartier des Halles », on peine à savoir si la construction se situe encore dans ledit quartier ou juste en dehors. L'étymologie plaide en faveur de la première hypothèse : emprunté du latin confinia, pluriel de confinium (de cum et finis, « fin, frontière », d'où « limite commune à des terres »), le pluriel confins ne désigne-t-il pas proprement les parties d'un territoire situées à son extrême limite et à la frontière d'un territoire voisin ? « Les confins de l'Espagne sont la mer et les Pyrénées » lit-on chez Furetière ; Rocroi (commune française limitrophe de la Belgique) « est une ville aux confins de la Champagne », chez Richelet. Partant, la locution jusqu'aux confins de nous mènerait aux extrémités du territoire précisé en complément, sans toutefois les franchir.

    Mais voilà qu'un exemple déniché au fin fond de la neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie vient semer le trouble : « Le poitevin, dialecte de langue d'oïl parlé en Poitou et jusqu'aux confins du territoire de la langue d'oc. » Convenez que, dans ce cas, le point de vue est inversé : les limites du territoire (en l'occurrence, les pays d'Oc) ne sont plus envisagées depuis l'intérieur, mais depuis l'extérieur. Transposée à notre affaire, cette perspective donnerait à penser que la dictée de Pivot n'est pas près de franchir les portes de la Chine...

    On pourrait croire que l'espace serait mieux délimité quand le complément désigne deux territoires, puisqu'il ne peut alors être question que de la frontière, de la partie immédiatement intermédiaire entre ces derniers. Las ! rien n'est moins sûr. Comparez : « Relatif à la Nubie, région située aux confins de l'Égypte et du Soudan » (à l'entrée « nubien » du TLFi) et « L'Alsace est aux confins de l'Allemagne et de la Suisse » (à l'entrée « confins » de la neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie). Si la Nubie s'étend, de fait, entre Assouan, en Égypte, et Khartoum, au Soudan, je ne sache pas que l'Alsace, quand elle aurait une frontière commune avec l'Allemagne et une autre avec la Suisse, se situe à la jonction de ces deux pays !

    Vous l'aurez compris : il est des cas limites où la locution jusqu'aux confins de prête à confusion, à force d'hésiter entre les sens « jusqu'aux frontières de », « jusqu'aux environs de », « jusqu'au fin fond de », etc. Ce n'est évidemment pas une raison pour laisser la fameuse dictée de Bernard Pivot confinée dans un tiroir.

    Voir également le billet Confins

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    La même chose (?) ou jusqu'au fin fond de l'empire du Milieu.

     

    « Levée d'un douteNégation au choix »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Michel JEAN
    Lundi 7 Mars 2016 à 10:25

    Bonjour M. Marc, je lisais: "Toscanini disait plaisamment que pour monter le Trouvère il suffisait d'avoir les quatre meilleurs chanteurs du monde: contradiction (plaisante) entre les  sous-entendus/ c'est facile/ et c'est difficile, voire impossible/ véhiculés par " il suffit de" et "avoir les quatre meilleurs chanteurs du monde. " Celle-ci mise en parallèle avec la phrase à M. Pivot me laisse rêveur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :