• Adjectifs de couleur

    Voilà un sujet qui est fréquemment source d'hésitations et donc de fautes.

    Comme c'est souvent le cas en français, le plus simple est de partir de la règle générale puis de traiter les exceptions.

    Rappel de la règle

    Les adjectifs de couleur s'accordent (en genre et en nombre) avec le nom auquel ils se rapportent, sauf si la couleur est désignée par un nom commun ou par une forme adjective composée.


    Pour savoir s’il faut accorder un adjectif de couleur, il convient donc d’abord de déterminer s’il s’agit d’un adjectif qui désigne exclusivement une couleur ou s’il s’agit d’un nom employé comme adjectif de couleur. Étudions les différents cas plus en détail.

    Flèche

    Couleur désignée par un adjectif simple


    C'est le cas le plus... simple, justement. Il ne concerne que les mots considérés comme d'authentiques adjectifs exclusivement utilisés pour désigner une couleur (ou un effet de couleur), donc susceptibles de s'accorder en genre et en nombre quand ils sont employés seuls : alezan, aubère, bai, basané, beige, bigarré, bis, blafard, blanc, blême, bleu, blond, brun, châtain, cramoisi, doré, écru, glauque, gris, jaune, livide, louvet, mat, mordoré, noir, opalin, pers, rouge, roux, vairon, vert, violet, zain, zinzolin.

    Des stylos rouges et des gommes vertes.

    Remarque 1 : À cette liste d'adjectifs de couleur proprement dits viennent s'ajouter quelques exceptions (voir cas suivant).

    Remarque 2 : On notera que l'adjectif châtain prend la marque du pluriel (châtains) mais le féminin, châtaine (et non châtaigne), n'est pas encore très répandu : Une chevelure châtaine (de préférence à châtain). Quant à violette, féminin de l'adjectif violet, il est à distinguer du nom de la fleur et s'accorde donc (des taches violettes).

    Remarque 3 : Même employés seuls, les adjectifs kaki et auburn (prononcé obeurn'), tous deux empruntés à la langue anglaise, restent invariables (des treillis kaki). On notera que kaki, adjectif, ne se rapporte pas à la couleur du fruit comestible mais à l'adjectif hindi kakhi, signifiant « couleur de poussière ».

    Remarque 4 : Voir également l'article Glauque.

    Flèche

    Couleur désignée par un nom commun


    La couleur est parfois exprimée par un nom de plante, de fruit, d'animal, de pierre, de personne... employé comme adjectif. C'est le cas de : abricot, acajou, anthracite, argent, aubergine, azur, bistre, brique, bronze, cachou, café, caramel, carmin, céladon, cerise, chocolat, corail, crème, cuivre, ébène, émeraude, fraise, garance, grenat, indigo, isabelle, ivoire, lavande, magenta, marine, marron, moutarde, nacre, noisette, ocre, olive, or, orange, outremer, paille, pastel, pervenche, pie, pistache, pivoine, rouille, sable, safran, sépia, tabac, taupe, tomate, turquoise, vermillon, etc. L'invariabilité est alors de rigueur car il s'agit de tours elliptiques, où l'on sous-entend à chaque fois « de la couleur de » (en d'autres termes, ledit nom commun est complément du mot couleur sous-entendu).

    Des yeux noisette (= de la couleur de la noisette).

    Des vestes marron, des écharpes orange (idem).

    Des tissus marine (= de la couleur d'un bleu foncé semblable à celui des uniformes de la marine).

    Exceptions : Écarlate, mauve, pourpre, incarnat, fauve et rose (liste que l'on retiendra grâce au moyen mnémotechnique empifr suggéré par J.-J. Julaud) sont assimilés – à tort ou à raison – à de véritables adjectifs. Ils relèvent donc du cas précédent et prennent l'accord (Des lèvres écarlates, des chemises roses, des tentures pourpres). On notera toutefois que fauve et incarnat, étant d'abord des adjectifs avant d'être des substantifs, sont légitimement variables, tout comme vermeil (ainsi devrait-on s'habituer à écrire : carte vermeille au lieu de carte vermeil).

    Remarque 1 : Quand ils désignent la couleur, lesdits noms sont masculins : un orange, un rose, un mandarine, etc. Malgré les hésitations constatées dans l'usage, les règles générales de l'élision et de la liaison sont fondées à s'appliquer : L'orange [et non le orange] de votre robe est plus beau que celui de la mienne (Littré). Il a mélangé du vert et de l'orange (et non du orange). Des rubans orange (la liaison zorange, bien que facultative, est parfois déconseillée afin d'éviter toute confusion avec le fruit ; autant privilégier l'adjectif orangé, dans ce cas).

    Remarque 2 : Voir également l'article Des yeux noisette(s).

     

    Flèche

    Couleur désignée par une forme adjective composée


    Dans ce cas, la couleur est exprimée par plusieurs mots, que les grammaires traditionnelles présentent d'ordinaire comme invariables. Sans doute est-il plus logique de considérer qu'il s'agit là encore d'un tour elliptique, où le terme principal de couleur fait office de substantif, avec lequel s'accordent les adjectifs complémentaires (qui précisent une nuance, une teinte).

    De l'encre bleu-noirdes cheveux châtain clair, des yeux marron foncé, une barbe blond vénitien, une voiture gris métallisé pour De l'encre (d'un) bleu noir, des cheveux (d'un) châtain clair... (notez que le trait d'union n'est de mise que lorsqu'il s'agit de l'association de deux adjectifs de couleur).

    Des poussins jaune citron, une bouteille vert olive, des robes rose bonbon, une chemise bleu marine, une robe gris perle pour Des poussins (d'un) jaune (de la couleur du) citron, une bouteille (d'un) vert (de la couleur de l') olive... (notez l'absence de trait d'union car le second terme n'est pas un adjectif de couleur mais un nom pris adjectivement). De même, bleu de nuit, noir de jais, vert d'eau, etc. restent invariables (comme ellipses de de la couleur qui s'appelle bleu de nuit, etc.).

    Des couvertures lie-de-vin, une peau café au lait (noms composés) ; des dorures vieil or (nom qualifié) ; des vitraux bleu de Chartres (adjectif de couleur formé à partir d'un nom propre).

    Exceptions : Quand des adjectifs et noms de couleur sont coordonnés par la conjonction et, il y a lieu de distinguer :

    Des étoffes rouge et noir : chaque étoffe contient à la fois du rouge et du noir, et est donc bicolore → pas d'accord (comme dans des cheveux poivre et sel et une photo noir et blanc) ;
    Des étoffes rouges et noires : certaines sont entièrement rouges et d'autres entièrement noires → accord.

     

    AstuceOn retiendra : des yeux bleus (adj. simple → accord), des yeux bleu clair (adj. modifiant un adj. de couleur → ellipse de d'un bleu clair), des yeux bleu-vert (association de deux adj. de couleur → ellipse de d'un bleu vert + trait d'union), des yeux marron (nom pris adjectivement → invariable).

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Le mot couleur, sans article et déterminé par un autre nom, s'emploie dans des expressions invariables : Des bas couleur (de) chair (chair est un nom → invariable) mais Des bas de couleur noire (noir est un adjectif → accord), des bas de couleur bleu foncé.

    Par ailleurs, le mot couleur reste toujours invariable dans l'expression haut en couleur, qui signifie « très coloré » ou « pittoresque, truculent » (Des personnalités hautes en couleur). Il l'est également le plus souvent lorsque, précédé ou non de la préposition de, il se rapporte à un nom : Des photos couleur, des crayons de couleur, mais on écrira : Un marchand de couleurs (couleurs se rapportant ici à différents produits), un film en couleur(s).

    Remarque 2 : Les adjectifs dérivés d'un adjectif de couleur ou d'un nom de couleur s'accordent. On distinguera notamment le nom orange (invariable comme nom de couleur) de l'adjectif orangé (variable).

    Des écharpes orange mais Des écharpes orangées.
    Des taches blanchâtres, verdâtres.
    Une femme rougeaude, des collines verdoyantes.

    Remarque 3 : L'Académie attire l'attention sur le pluriel des expressions de couleur, employées non plus comme adjectifs mais comme noms (donc précédées d'un déterminant) :

    • des bleus, des jaunes, des oranges, des marrons ;
    • des bleu-vert, des gris-bleu ;
    • des jaunes paille (les jaunes sont de la couleur de la paille), des bleus ciel, des roses bonbon ou saumon ;
    • des verts pâles, des bleus foncés (les verts sont pâles, les bleus sont foncés).

    Remarque 4 : On rencontre des adjectifs et noms de couleur dans certaines expressions invariables : être (fait) marron (= être dupé, attrapé, refait), être blanc-bleu (= avoir une réputation intacte), etc. D'autres varient naturellement, comme dans blanc comme neige, blanc de peur, rouge de colère, vert de rage... Par ailleurs, certains adjectifs de couleur peuvent être employés comme adverbes, auquel cas ils restent invariables (Elles voient rouge et rient jaune).

    Remarque 5 : Voici une liste non exhaustive d'expressions composées de couleur : aile de corbeau, arc-en-ciel, blanc d'Espagne, blanc ivoire, bleu de Prusse, bleu horizon, bleu marine, bleu-noir, bleu (de) nuit, bleu roi, bleu turquoise, bleu-vert, caca d'oie, café au lait, coq de roche, cuisse-de-nymphe, feuille-morte, gorge-de-pigeon, gris acier, gris-bleu, gris (de) fer, gris de lin, gris perle, jaune citron, jaune cobalt, jaune d'or, jaune maïs, jaune paille, jaune serin, lie-de-vin, noir de fumée, noir de jais, poivre et sel, rose bonbon, rouge brique, rouge et or, rouge magenta, rouge sang, rouge tomate, terre de Sienne, tête-de-nègre, ventre de biche, vert-de-gris, vert amande, vert bouteille, vert olive, vert Véronèse, vieil or... On remarquera que la présence du trait d'union est très aléatoire, au point de nous en faire voir de toutes les couleurs !

    Remarque 6 : Voir également l'article consacré à Pers, vairon.

    Adjectifs de couleurAdjectifs de couleur

     

     

     

     

     

     

     

              La jolie faute sur le nouveau maillot de
              l'OM : « Et nos cœurs sont orange(s) »

     

     

     

     

     

    Le premier qui dit que la langue française
    nous en fait voir de toutes les couleurs...
                (Film de Cyril Collard)

     

    « Déparer / Déparier / DépareillerTrès »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    zainab ouardirhi
    Lundi 10 Décembre 2012 à 22:19
    2
    jojoloy8956
    Mardi 29 Avril 2014 à 19:27

     pourquoi les fruits donc couleurs  marron ,orange  ne s'accordent pas en genre et en nombre

    3
    Mardi 29 Avril 2014 à 19:34

    Comme indiqué ci-dessus, l'invariabilité est alors de rigueur car il s'agit de tours elliptiques, où l'on sous-entend à chaque fois « de la couleur de » : des chemises (de la couleur du fruit qui s'appelle le) marron.
    Cela vaut pour toutes les couleurs désignées par un nom commun (à quelques exceptions près).

    4
    salima
    Samedi 18 Avril 2015 à 14:15

    pourquoi accorde-t-on dans blanche neige???


     

    5
    Samedi 18 Avril 2015 à 16:29

    Parce qu'il s'agit d'un adjectif simple : une neige blanche, une robe blanche, des murs blancs.

    6
    salima
    Dimanche 19 Avril 2015 à 14:06
    j'ai mal formulé ma question: dans l'expression une voiture blanche neige, nous avons un adjectif composé qui ne devrait pas s'accorder, alors pourquoi blanche?? Merci
    7
    Dimanche 19 Avril 2015 à 15:11

    L'Académie mentionne le tour "blanc de neige", d'où une robe blanc de neige (ou blanche comme la neige), blanc ivoire, blanc cassé, d'un blanc éclatant, etc.

    8
    anonyme
    Lundi 30 Novembre 2015 à 16:05

    Excusez moi mais vous vous êtes trompés FAUVE s'accordent tout comme ROSE, MAUVE, POURPRE et VERMEIL.

     

     

      • Lundi 30 Novembre 2015 à 17:10

        N'est-ce pas exactement ce que j'ai écrit dans le paragraphe "Couleur désignée par un nom commun" ?

    9
    Thècle
    Jeudi 26 Mai 2016 à 17:45
    Thècle

    Bonjour Marc,

    Si je comprends bien, les noms de couleur n'acceptent pas le pluriel s'ils sont liés par un trait d'union; mais l'acceptent si l'on parle de noms simples : des bleus, des jaunes...

    Qu'en est-il de ceux qui sont d'ordinaire invariables ? Ecrit-on : des "marrons" ?

    Merci par avance !

      • Jeudi 26 Mai 2016 à 18:09

        Vous trouverez la réponse à votre question ci-dessus (Remarque 3).

      • Thècle
        Jeudi 26 Mai 2016 à 23:23
        Thècle

        Effectivement, vous les aviez ajoutés, par rapport à ceux cités par l'Académie. Au temps pour moi ! 

    10
    Mardi 1er Novembre 2016 à 09:46

    Si je parle des pages rose saumon des citations latines, je l'écris spontanément ainsi, mais si rose et saumon sont deux noms, c'en sont deux, précisément, et rose saumon, on l'accorde parce qu'il s'agit du nom rose, ou parce qu'il s'agit de nom saumon ... c'est dans ces cas-là que si je sais faire, je ne saurais pas expliquer de façon logique. Merci.

      • Mardi 1er Novembre 2016 à 11:27

        Il convient de distinguer : des pages rose saumon (= d'un rose de la couleur du saumon, c'est-à-dire un rose teinté de jaune), des pages rose et saumon (= chaque page contient à la fois du rose et du saumon) et des pages roses et saumon (= certaines pages sont entièrement roses et d'autres entièrement saumon).

    11
    Mardi 1er Novembre 2016 à 12:23

    Vous avez raison : rose de la couleur du saumon, c'était pourtant simple à comprendre : j'ai bloqué ; merci pour l'aide.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    12
    Chambaron
    Mercredi 18 Janvier à 01:41

    Concernant la carte Vermeil évoquée dans l'article, il convient de préciser un point : il s'agissait là — elle a été remplacée en 2000 par la carte Sénior — d'un produit commercial propre à la S.N.C.F. Le mot vermeil s'écrit avec une majuscule et ne s'accorde donc pas, malgré de nombreuses déformations dues à sa popularité, dont un roman de Boileau-Narcejac.

    Pour la petite histoire, cette couleur rappelait les « noces de vermeil » après 45 ans de mariage, ce qui correspondait à peu près à la génération des hommes qui mariés à 20 ans obtenaient ladite carte à 65 ans.

     

    La carte Vermeil de la S.N.C.F.

     

      • Mercredi 18 Janvier à 08:35

        Tel n'est pas l'avis du TLFi : carte vermeil (sans majuscule), par référence à la médaille de vermeil, « médaille du travail en vermeil accordée aux personnes ayant effectué de longues années de travail ».

      • Chambaron
        Mercredi 18 Janvier à 09:40

        Certes. Mais, c'est alors au détriment de l'accord. Entre les deux maux (mots), il faudra choisir dans la douleur… rhumatismale.

        Merci en tout cas pour vos textes toujours si complets et si pédagogiques !

    13
    Mercredi 18 Janvier à 10:17

    L'hésitation est déjà de mise : « carte vermeil » (Larousse en ligne), mais « carte vermeille » (Larousse français-allemand en ligne, Robert et Collins), « Les zazous libérés ont la carte vermeille » (Claude Duneton).

    14
    joanna
    Jeudi 16 Février à 16:22

    Merci pour cet article, je prépare actuellement le crpe et je le trouve très clair ! :)

      • Vendredi 17 Février à 11:02

        Qu'est-ce que c'est, le crpe ?

      • joanna
        Mardi 21 Février à 16:47

        Le concours de professeurs des écoles

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :