• Accords éparpillés façon puzzle

    « "Les choses que j'ai pu lui dire et celles que j'ai pues entendre de lui n'ont pas été des véri­­tés passa­­gères. Elles ont encore des réso­nances" témoi­gnait-elle pour Gala en 1996 » (Mireille Darc à propos d'Alain Delon).
    (Nicolas Schiavi, sur gala.fr, le 30 août 2017)



      FlècheCe que j'en pense


    Je me frotte les yeux : cette phrase, qui circule sur plus d'une scène (Huffington Post, RTL, Marie Claire...) à l'occasion de la récente disparition de Mireille Darc, date de 1996 si l'on en croit notre journaliste et, depuis tout ce temps, il ne s'est trouvé personne, dans les coulisses, pour s'aviser de son allure bancale. Pas de quoi flinguer tonton, c'est certain, mais avouez tout de même que cela ne fait pas sérieux. Car enfin, je vous le demande, pourquoi le participe passé pu serait-il traité différemment dans les choses que j'ai pu dire et les choses que j'ai pu entendre ?

    Renseignements pris auprès des barbouzes, tout porte à croire que le transcripteur de 1996 s'est emmêlé les pinceaux entre les différents scénarios d'accord du participe passé. Sans doute n'ignorait-il pas − et c'est tout à son honneur − que, dans cette affaire qui... pue la confusion, le complément d'objet direct joue un rôle de premier plan quand il est placé avant ledit participe. Encore lui fallait-il ne pas se tromper d'interlocuteur. Las ! le pronom que, mis pour les choses, est ici COD des infinitifs dire et entendre, pas du participe pu (on ne peut dire : j'ai pu les choses) − lequel a pour compléments directs les propositions infinitives (lui dire les choses, entendre les choses de lui) qui viennent après lui ! Partant, l'invariabilité est de rigueur... comme c'est, du reste, toujours le cas avec les participes cru, dû, prévu, pu, su, etc. suivis d'un infinitif (ou d'une proposition), exprimé ou sous-entendu : Il a fait toutes les choses qu'il a pu (faire).

    Force est de constater, aujourd'hui comme hier, que cette subtilité en laisse plus d'un perplexe, à commencer par cet internaute qui me demande : « Comment faut-il que j'accorde le participe passé "pu" dans la phrase suivante : "Les pressions qu'ils ont pu subir" ? » De là à ce que j'apprenne qu'il s'agit d'un grand blond avec une chaussure noire...

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les choses que j'ai pu lui dire et celles que j'ai pu entendre de lui.

     

    « Confusion audi... tivePas de quoi prendre son pied »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chambaron
    Samedi 16 Septembre à 12:09

    D'après les analyses que j'ai su comprendre – dont celle de l'Académie –, ces verbes sont qualifiés de « semi-auxiliaires ». C'est pédagogique, car permettant de les rattacher à la conjugaison des auxiliaires être et avoir sans les y assimiler.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Michel Jean
    Mardi 19 Septembre à 16:18

    Bonjour M. Marc, je me demandais si il était utile dans cette proposition affirmative de se donner la peine de répéter à deux reprises le participe passé "pu" . Merci . Bye.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :