• Plusieurs expressions avec l'adjectif numéral ordinal premier peuvent occasionner quelques hésitations en matière d'accord.

     En premier : dans cette locution adverbiale, premier est invariable.

    Elle est arrivée en premier (et non en première) mais Elle est arrivée première (ou la première).

    Remarque : De même, on dira : Elle a fini premier (et non première).

    Tout premier, toute première

    Les tout premiers instants mais Les toutes premières heures (premier, adjectif, s'accorde en genre et en nombre ; voir la règle d'accord de tout, adverbe).

    Premier-né, première-née

    Les premiers-nés de la maternité, les premières-nées (le féminin est peu usité).

    Remarque : De même, on écrira un dernier-né, des derniers-nés, des dernières-nées... mais des nouveau-nés car nouveau est ici pris adverbialement au sens de « nouvellement » (l'Académie précise toutefois que le féminin nouvelle-née se rencontre...).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : L'abréviation des adjectifs numéraux ordinaux est la suivante : 1er (1ers au pluriel) pour premier, 1re (et non 1ère) pour première ; second (2d, 2ds, 2de, 2des) et deuxième (2e, 2es) ; à partir de troisième, un simple e (et non ème) suffit au singulier (3e, 4e, etc.). Mais on écrit le Premier ministre, le Premier Mai. Et le XVIIIe siècle.

    Remarque 2 : Le latin primus, dont dérive premier, a tout d'abord donné les formes prin et prime qui ont survécu dans printemps et prime abord.

    Remarque 3 : Voir également le billet La Première ministre.


    Subtilités

    Ma fille est entrée en premier mais Ma fille est entrée en première (= en classe de première).

    Premier
    Livre de Servane Heudiard, Éditions First

     


    3 commentaires
  • Les pronoms indéfinis chacun et chacune (comme l'adjectif chaque) n'ont pas de pluriel. Le verbe qui suit est donc toujours au singulier. L'accord de la phrase peut toutefois réserver des subtilités insoupçonnées.

    Rappel des règles d'accord avec chacun(e)


    1/
    Employé seul (au sens de « tout le monde »), chacun exige l'accord au masculin singulier et le pronom réfléchi soi.

    Chacun voit midi à sa porte.

    Chacun chez soi (et non chez lui).


    2/
    En rapport avec un nom, chacun s'accorde mais uniquement en genre (masculin, féminin).

    Ces bouteilles coûtent cinq euros chacune (et non chaque, obligatoirement suivi d'un nom).


    3/
    Lorsque chacun renvoie à un nom pluriel, il y a parfois hésitation sur l'accord de la phrase (pronoms personnels et possessifs), sans différence de sens. On parle alors d'accord d'intention. Il semble pourtant préférable d'opter pour le singulier (exigé par l'Académie), plus « logique ».

    Ces artistes, chacun dans son domaine (ou chacun dans leur domaine).

    Ils sont rentrés chacun chez soi (ou chacun chez eux).

    Ils sont partis chacun de son côté (ou chacun de leur côté).

    Elles ont reçu chacune la lettre qui lui était destinée (ou qui leur était destinée).

    Ils s'exprimèrent à tour de rôle, chacun vantant ses propres mérites (avec un participe présent, le singulier est obligatoire).

    Mais l'accord des adjectifs et participes passés se fait généralement avec le nom pluriel, pas avec chacun.

    Des articles, écrits chacun par des spécialistes différents.


    4/
    En relation avec un participe présent ou dans sa construction avec de + nom (ou pronom) pluriel, c'est chacun qui détermine l'accord de la phrase.

    Chacun de vous prendra ses clefs (chacun précède le pluriel vous → accord du possessif avec chacun → 3e personne du singulier) mais Vous penserez à prendre chacun vos clefs (le pluriel vous précède chacun → accord du possessif avec vous → 2e personne du pluriel).

    Chacun d'entre nous pense qu'il faut partir (accord du verbe à la 3e personne du singulier).

    Chacune des épouses était accompagnée de son mari (et non de leur mari).

    Vous remettrez chacun de ces vêtements à sa place.

    Ils s'en allèrent, chacun emportant son cadeau.


    5/
    Dans la locution figée tout un chacun (= tout le monde, n'importe qui), chacun est invariable.

    Tout un chacun y a accès.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : On notera que les tours chaqu'un, chaqu'une que l'on voit fleurir sur Internet sont fautifs.

    Remarque 2 : Voir aussi l'article consacré à chaque.

    Chacun, chacune

     


    9 commentaires
  • On hésite parfois à accorder les locutions adjectives fait main et fait maison, tournures elliptiques (et familières) de fait (à la) main et fait (comme à la) maison.

    Il ne faut pas (hésiter)... mais en ne faisant varier que le participe passé !

    Des confitures faites maison. Des confitures maison (maison, nom en apposition, est ici employé comme adjectif invariable).

    Des gants faits main ou, mieux, faits à la main.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : On notera l'absence de trait d'union entre fait et main / maison.

    Remarque 2 : On écrira de même : des vestes cousues main (pour cousues à la main, qui reste de meilleure langue). Au figuré, cousu main s'emploie comme adjectif ou comme nom au sens de « (travail) fait avec grand soin » : C'est du cousu main !

    Remarque 3 : Voir également l'article consacré au pluriel des noms mis en Apposition et celui consacré à Tour de main / Tournemain.

    Fait maison

    Livre d'Anne Brunner, Éditions La Plage.

     


    8 commentaires
  • Après deux noms au singulier unis par la conjonction ou, le verbe se met au singulier ou au pluriel selon que l'un des noms exclut ou pas l'autre.

    Eric ou Jean est le père de l'enfant (c'est soit l'un, soit l'autre → singulier).

    Un homme ou une femme conviennent pour ce poste (l'un et l'autre conviennent → pluriel).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Si ou introduit un synonyme ou une explication entre virgules, l'accord se fait logiquement avec le terme auquel il se rapporte.

    Le lagerstroemia, ou lilas des Indes, est un arbuste à floraison estivale.

    Remarque 2 : Dans une tournure négative, on se doit de remplacer ou par ni (voir ce billet).

    Ni l'un ni l'autre ne conviennent pour ce poste.

     

    Accord avec "ou"

     


    votre commentaire
  • Certains éprouvent des difficultés à accorder le mot même, selon qu'il est adjectif ou adverbe.

    Flèche

    Même, adjectif


    Même, adjectif indéfini, s'accorde en genre et en nombre avec le nom (ou le pronom) auquel il se rapporte, dans les cas suivants :

    • quand, placé devant un nom, il signifie « identique, semblable ».

    Il a lu les mêmes livres que moi.

    Mêmes causes, mêmes effets.

    quand, placé directement après un nom, il en souligne l'identité, la spécificité, la qualité.

    Cette femme est la gentillesse même. Vos enfants sont les démons mêmes.

    Ils sont venus le jour même (sans trait d'union).

    • quand il est associé (sans trait d'union) aux articles le, la, les ou (précédé d'un trait d'union) aux pronoms réfléchis.

    Ces photos, ce sont toutes les mêmes. Venez les chercher vous-mêmes (= en personne).

    Flèche

    Même, adverbe


    Quand il modifie un verbe, un adjectif, un pronom ou un adverbe pour marquer l'insistance ou le renchérissement, même est adverbe et reste donc invariable. Il signifie alors « aussi, de plus, également, y compris ».

    Il apprécie tout le monde, même ses collègues.

    Même eux ne vous parlent plus.

    Je vous dirai même qu'elle ne nous a même pas remercié.

    Elles sont réservées et même timides.

    Elle achète des objets même inutiles.

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Il est des cas – notamment lorsque même est placé immédiatement après un nom au pluriel – où faire la distinction entre même adjectif (donc variable) et même adverbe (donc invariable) se révèle difficile... voire impossible.

    À cette fin, certains spécialistes font remarquer que, si même, employé après un nom, peut être déplacé avant son déterminant, il s'agit de l'adverbe, sinon c'est l'adjectif.

    Son avenir même est en jeu → même, placé après le nom avenir, peut être déplacé (Même son avenir est en jeu) → même est adverbe (pas d'accord).

    Cette femme est la gentillesse et la bonté mêmesmêmes, placé après les noms gentillesse et bonté, ne peut pas être déplacé → même est adjectif (accord).

    Pour autant, ce procédé ne permet pas toujours de trancher.

    AstuceIl convient alors d'en revenir au sens : même signifie-t-il « lui-même » (adjectif) ou « même lui », « lui aussi » (adverbe) ? Parfois, les deux interprétations sont possibles.

    Ses paroles même m'ont choqué (= même ses paroles, ses paroles aussi → adverbe) ou Ses paroles mêmes m'ont choqué (= ses paroles elles-mêmes → adjectif).

    Ceux-là même qui l'avaient soutenu l'ont trahi (= même ceux qui → adverbe) ou Ceux-là mêmes qui l'avaient soutenu l'ont trahi (= eux-mêmes → adjectif).

    Il a su tirer avantage des inconvénients mêmes de sa profession (= eux-mêmes → adjectif) ou Il a su tirer avantage même des inconvénients de sa profession (adverbe).

    Ils ne le comprennent pas eux-mêmes (= eux en personne, adjectif) mais Même eux ne le comprennent pas (= eux non plus, adverbe).

    Remarque 2 : Le seul cas où même est précédé d'un trait d'union est après un pronom réfléchi (lui-même, nous-mêmes, soi-même...). Les locutions de même, tout de même, à même, ici même, là même, aujourd'hui même, par ici même, même si, quand même, combien même, etc. (où même reste invariable) n'en comportent donc pas.

    Ils sont à même de subvenir à leurs besoins (= ils sont en mesure de).

    Cela se passera ici même (= exactement ici).

    Il baisse les bras et, par là même, s'avoue vaincu (= par cette action précise).

    Vous ne pensez quand même pas ce que vous dites ! (et non comme même, comme on l'entend parfois).

    Remarque 3 : Nous-même et vous-même prennent ou non un s selon que le pronom désigne une personne (nous de majesté, vous de politesse) ou plusieurs.

    Vous le constaterez vous-même, monsieur le Président mais Vous le constaterez vous-mêmes, mesdemoiselles.

    Remarque 4 : La locution conjonctive de même que se place entre virgules. L'accord se fait avec le premier terme de la comparaison qu'elle introduit.

    Eric, de même que sa sœur, s'est fait éconduire.

    Remarque 5 : Dans les expressions figées cela revient au même (qui signifie « c'est la même chose ») et c'est du pareil au même, même est employé comme substantif.

     

    Même

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique