• Voilà une expression, dont les subtilités d'accord n'ont pas fini de nous laisser songeurs...

    Autrefois, explique A.V. Thomas (voir bibliographie), « l'adjectif fort ne variait pas au féminin et s'écrivait fors pour les deux genres, suivant en cela la règle de grand dans grand mère, grand route, etc. [...]. La question de dire se faire fort de ou se faire forte de ne se posait donc pas ».

     

    Se faire fort de

    Se faire fort de + infinitif


    Aujourd'hui, au sens de « se dire capable, se vanter, se piquer de », la locution s'est figée selon l'usage. En dépit des protestations de Littré, fort, suivi d'un infinitif, est ici analysé comme adverbe et reste donc invariable (de même que le participe passé fait).

    Elle s'est fait fort de le raisonner (et non Elle s'est faite forte de).

     

    Se faire fort de

    Se faire fort de + nom

     
    Mais – car il y a un « mais » –, au sens de « tirer sa force de », fort suivi d'un nom varie en genre et en nombre en tant qu'adjectif. Il en est de même pour le participe passé fait, qui dans ce cas s’accorde avec le sujet.

    Elle s'est faite forte du soutien de son mari (comme on dirait : Forte du soutien de son mari, elle revit).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Fort peut être adjectif (variable : un château fort, une forte tête, un coffre-fort, prêter main-forte), adverbe (invariable : Ils chantent fort) et nom (Le fort de Brégançon).

    Remarque 2 : Dans la locution être fort de quelque chose, qui signifie « en tirer son assurance, sa force morale ou matérielle », l'adjectif fort s'accorde normalement : Une armée forte de mille soldats.

    Remarque 3 : Ne pas confondre fort avec for (du latin forum, place publique) dans l'expression dans son for intérieur (= au plus profond de sa conscience).

    Remarque 4 : Les spécialistes sont partagés sur le cas de se faire l'écho de : Ils se sont fait l'écho de cette rumeur (invariabilité selon Girodet, Thomas et Larousse) mais Ils se sont faits l'écho de cette rumeur (accord selon Hanse, Grevisse et Georgin : Ils ont fait eux-mêmes l'écho, où écho est attribut du COD se).

    Remarque 5 : Voir également l'article consacré à l'Accord du participe passé des verbes pronominaux ainsi que les billets Se faire fort de et Fort de café.

    Se faire fort de

    Une histoire de grenouille qui se faisait fort de devenir aussi grosse qu'un bœuf...
    (Recueil de fables d'Esope, par Augustin Legrand. Debray)

     


    4 commentaires
  • Plusieurs expressions avec l'adjectif numéral ordinal premier peuvent occasionner quelques hésitations en matière d'accord.

     En premier : dans cette locution adverbiale, premier est invariable.

    Elle est arrivée en premier (et non en première) mais Elle est arrivée première (ou la première).

    Remarque : De même, on dira : Elle a fini premier (et non première).

    Tout premier, toute première

    Les tout premiers instants mais Les toutes premières heures (premier, adjectif, s'accorde en genre et en nombre ; voir la règle d'accord de tout, adverbe).

    Premier-né, première-née

    Les premiers-nés de la maternité, les premières-nées (le féminin est peu usité).

    Remarque : De même, on écrira un dernier-né, des derniers-nés, des dernières-nées... mais des nouveau-nés car nouveau est ici pris adverbialement au sens de « nouvellement » (l'Académie précise toutefois que le féminin nouvelle-née se rencontre...).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : L'abréviation des adjectifs numéraux ordinaux est la suivante : 1er (1ers au pluriel) pour premier, 1re (et non 1ère) pour première ; second (2d, 2ds, 2de, 2des) et deuxième (2e, 2es) ; à partir de troisième, un simple e (et non ème) suffit au singulier (3e, 4e, etc.). Mais on écrit le Premier ministre, le Premier Mai. Et le XVIIIe siècle.

    Remarque 2 : Le latin primus, dont dérive premier, a tout d'abord donné les formes prin et prime qui ont survécu dans printemps et prime abord.

    Remarque 3 : Voir également les billets La Première ministre et Les premières vingt-quatre heures.


    Subtilités

    Ma fille est entrée en premier mais Ma fille est entrée en première (= en classe de première).

    Premier
    Livre de Servane Heudiard, Éditions First

     


    3 commentaires
  • Les pronoms indéfinis chacun et chacune (comme l'adjectif chaque) n'ont pas de pluriel. Le verbe qui suit est donc toujours au singulier. L'accord de la phrase peut toutefois réserver des subtilités insoupçonnées.

    Rappel des règles d'accord avec chacun(e)


    1/
    Employé seul (au sens de « tout le monde »), chacun exige l'accord au masculin singulier et le pronom réfléchi soi.

    Chacun voit midi à sa porte.

    Chacun chez soi (et non chez lui).


    2/
    En rapport avec un nom, chacun s'accorde mais uniquement en genre (masculin, féminin).

    Ces bouteilles coûtent cinq euros chacune (et non chaque, obligatoirement suivi d'un nom).


    3/
    Lorsque chacun renvoie à un nom pluriel, il y a parfois hésitation sur l'accord de la phrase (pronoms personnels, adjectifs possessifs). On parle alors d'accord d'intention, selon que l'on insiste sur le sens distributif ou sur le sens collectif de chacun. Il semble pourtant préférable d'opter pour les formes à la troisième personne du singulier, plus « logiques ».

    Ces artistes, chacun dans son domaine (ou chacun dans leur domaine).

    Ils sont rentrés chacun chez soi (ou chacun chez eux).

    Ils sont partis chacun de son côté (ou chacun de leur côté).

    Elles ont reçu chacune la lettre qui lui était destinée (ou qui leur était destinée).

    Ils s'exprimèrent à tour de rôle, chacun vantant ses propres mérites (avec un participe présent, son, sa, ses est obligatoire).

    Mais l'accord des adjectifs et participes passés se fait généralement avec le nom pluriel, pas avec chacun.

    Des articles, écrits chacun par des spécialistes différents.


    4/
    En relation avec un participe présent ou dans sa construction avec de + nom (ou pronom) pluriel, c'est chacun qui détermine l'accord de la phrase.

    Chacun de vous prendra ses clefs (chacun précède le pluriel vous → accord du possessif avec chacun → 3e personne du singulier) mais Vous penserez à prendre chacun vos clefs (le pluriel vous précède chacun → accord du possessif avec vous → 2e personne du pluriel).

    Chacun d'entre nous pense qu'il faut partir (accord du verbe à la 3e personne du singulier).

    Chacune des épouses était accompagnée de son mari (et non de leur mari).

    Vous remettrez chacun de ces vêtements à sa place.

    Ils s'en allèrent, chacun emportant son cadeau.


    5/
    Dans la locution figée tout un chacun (= tout le monde, n'importe qui), chacun est invariable.

    Tout un chacun y a accès.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : On notera que les tours chaqu'un, chaqu'une que l'on voit fleurir sur Internet sont fautifs.

    Remarque 2 : Voir aussi l'article consacré à chaque.

    Chacun, chacune

     


    14 commentaires
  • On hésite parfois à accorder les locutions adjectives fait main et fait maison, tournures elliptiques (et familières) de fait (à la) main et fait (comme à la) maison.

    Il ne faut pas (hésiter)... mais en ne faisant varier que le participe passé !

    Des confitures faites maison. Des confitures maison (maison, nom en apposition, est ici employé comme adjectif invariable).

    Des gants faits main ou, mieux, faits à la main.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : On notera l'absence de trait d'union entre fait et main / maison.

    Remarque 2 : On écrira de même : des vestes cousues main (pour cousues à la main, qui reste de meilleure langue). Au figuré, cousu main s'emploie comme adjectif ou comme nom au sens de « (travail) fait avec grand soin » : C'est du cousu main !

    Remarque 3 : Voir également l'article consacré au pluriel des noms mis en Apposition et celui consacré à Tour de main / Tournemain.

    Fait maison

    Livre d'Anne Brunner, Éditions La Plage.

     


    8 commentaires
  • Après deux noms au singulier unis par la conjonction ou, le verbe se met au singulier ou au pluriel selon que l'un des noms exclut ou pas l'autre.

    Eric ou Jean est le père de l'enfant (c'est soit l'un, soit l'autre → singulier).

    Un homme ou une femme conviennent pour ce poste (l'un et l'autre conviennent → pluriel).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Si ou introduit un synonyme ou une explication entre virgules, l'accord se fait logiquement avec le terme auquel il se rapporte.

    Le lagerstroemia, ou lilas des Indes, est un arbuste à floraison estivale.

    Remarque 2 : Dans une tournure négative, on se doit de remplacer ou par ni (voir ce billet).

    Ni l'un ni l'autre ne conviennent pour ce poste.

     

    Accord avec "ou"

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique