• Accaparer

    Contrairement à l'usage, accaparer − au sens de « capter au détriment d'autrui » − est un verbe actif (transitif direct), dont l'Académie ignore l'emploi à la forme pronominale : on accapare quelqu'un ou quelque chose, on ne s'accapare pas quelqu'un ou quelque chose ni de quelqu'un, de quelque chose (par analogie avec s'emparer de quelque chose).

    Il a accaparé la conversation (= il a monopolisé la conversation) et non Il s'est accaparé de la conversation ni Il s'est accaparé la conversation.

    Ceux qui souhaitent employer un tour pronominal pourront toujours recourir à s'arroger, s'emparer, etc.

    Il a accaparé tous les pouvoirs ou Il s'est arrogé tous les pouvoirs (= il s'est attribué indûment tous les pouvoirs, il s'est emparé de tous les pouvoirs).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Girodet conseille d'« éviter la forme pronominale, qui n'ajoute rien au sens », quand Larousse mentionne que « la construction s'accaparer de est usitée en Belgique » (uniquement en Belgique ?).

    Remarque 2 : S'accaparer est toutefois légitime au sens de « être accaparé » : C'est ainsi que certaines marchandises s'accaparent.

    Remarque 3 : Accaparer signifie également « occuper exclusivement » : Son travail l'accapare.

    Remarque 4 : On notera l'orthographe d'accaparer : deux c et un p.

    Accaparer

    Pour les mères accaparées par leurs enfants...

     

    « Noms en -ienDe façon (de manière) que »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :